SPÉCIAL

tractpetweb01
Cliquez pour ouvrir

Nouvelles EXPRESS

Inscription infocourriel

Si vous désirez recevoir des nouvelles de nos activités ou des alertes à la mobilisation, veuillez inscrire votre nom et votre courriel. C'est extrêmement important pour nous de garder contact avec vous pendant cette période où nous devons nous mobiliser rapidement.

logoRRCBMTLpt
loulou
VOICI LE TEXTE DE L’HOMMAGE FAIT À LUCRECIA PAR JEAN LAPIERRE JEUDI SOIR LORS DE LA CÉRÉMONIE DE COMMÉMORATION AU SALON FUNÉRAIRE :

Aujourd’hui nous sommes réunis pour rendre Hommage à notre Amie et consœur Lucrecia Sotomayor, née Toro au Chili le 11 septembre 1942. La meilleure façon d’honorer sa mémoire est de survoler sa Vie.

De 1963 à 1976 elle y exerçait la profession de maîtresse d’école au niveau élémentaire, elle était aussi impliquée au sein du syndicat des enseignants. En septembre 1969 elle donna naissance à son fils qu’elle nomma Pedro comme son père. Elle aimait parler de ces temps heureux où elle pouvait cueillir ses avocats directement de son arbre, « aguacate » comme elle disait dans sa langue maternelle.

Cependant en 1970 son mari Pedro Sotomayor soutient activement l’élection du candidat socialiste Salvador Allende qui fut élu à la présidence de son pays qui était la plus vieille démocratie en Amérique. Mais le 11 septembre 1973 le coup d’État perpétré par le général Augusto Pinochet, qui entraîna le décès du Président Allende et de nombreux sympathisants, ainsi que les emprisonnements de masse dans des stades puis dans des camps de concentration, suivi d’un régime dictatorial, fit basculer la vie de leur petite famille. Son mari pour éviter l’inquisition réussit à quitter d’urgence en exil en Europe pendant deux ans, pour enfin être accueilli au Québec.

C’est ainsi qu’elle décida de quitter famille et amis pour rejoindre son mari à Montréal avec son jeune fils qui n’avait pas encore 7 ans. Elle est arrivée aux douanes canadiennes le 3 août 1976 où elle subit un interrogatoire serré, dont elle s’est sortie avec brio. C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée à Montréal, sa nouvelle terre d’accueil, en plein cœur des Olympiques. Elle adora les Québécois et s’intégra immédiatement, elle nous contait comment elle s’est tout de suite sentie acceptée et nous contait des anecdotes comme le fait qu’elle avait trouvé surprenant de voir les laitiers qui sillonnaient les rues, laisser les bouteille de lait aux portes des maisons sans qu’elles ne disparaissent.

Luca était une femme d’action, elle ne perdit pas de temps, et devint employée de la Ville à la division des restaurants dès mai 1977. C’est là qu’elle a côtoyé de nombreux étudiants et étudiantes qui y travaillaient et qui devinrent aussi des militants connus et impliqués syndicalement tels que : André Lepage, Norman Weaner, Serge Bourgon, Pierrette Jean, Danielle Bernard, Dénis René, Michel Moreau et plusieurs autres... et qu’elle devint aussi amie avec des cols bleus tel que Morel et Maynard qui étaient très impliqués comme délégués et membres de comités.

Le 15 décembre 1979 son mari décéda, elle devint ainsi mère mono-parentale alors que Pedro avait seulement 10 ans.

Mais c’est en février 1980 qu’elle commença vraiment à s’impliquer plus, à l’occasion de la dure grève de 6 semaines, où Réjean Morel du comité d’éducation et d’action politique du 301 la recruta au bureau du 301 avec 3 autres de ses consœurs pour appeler et affecter les milliers de cols bleus sur les lignes de piquetage à passer une demie journée pour suivre le cours Mon Syndicat. C’était une première au Canada ! Et ce fut un succès qui donna la flamme syndicale à toute une génération de cols bleus. Par la suite elle ne cessa de s’impliquer  pour aider ses camarades de travail et répéta l’expérience lors de la grève de 1986, où on en fit une tradition d’accueil des nouveaux membres par la suite.

En 1987 plus décidée que jamais elle devint déléguée syndicale à la section des services alimentaires. Puis dès mars 1988 elle devint la 1ʳᵉ femme à occuper un poste de directrice syndicale au 301 pour le Service des loisirs, parcs, culture et société des musées et des sciences qu’elle occupera jusqu’en 2003, et devint responsable des comités de condition féminine et d´accès à l’égalité. C’est ainsi qu’elle participa à une tournée générale de tout les clos de la Ville avec Carole Robertson du SCFP pour dialoguer avec les cols bleus afin de favoriser l’intégration massive des femmes dans des milieux de travail traditionnellement réservés aux hommes, suite à l’obtention du plancher d’emplois. Ce qui amena du même coup un vent de prévention en santé sécurité par une amélioration des équipements et de la salubrité des lieux, ainsi qu’un changement d’attitude significatif.

En 1993 elle devint aussi la 1ʳᵉ femme sur le Comité de négociation du 301, poste qu’elle occupa jusqu’à sa retraite en 2006, ce qui entraîna l’implication de nombreuses femmes Cols Bleus dans notre Conseil syndical. Elle fut aussi choisie comme membre du comité national du scfp représentant le Québec en accès à l’égalité, où elle défendait la vision distincte qu’on avait sur cette question.
Toute sa vie elle était de toutes nos manifestations, elle fut aussi membre du C. A. de notre Fondation Jacques Forest qui aujourd’hui depuis le début de la tutelle est aussi mise en veilleuse.

Cette même année 1993 elle fut aussi la 1ʳᵉ femme à être élue au C. A. de notre Caisse Desjardins du réseau municipal. Elle occupa ce poste jusqu’en 2015.

Après de nombreuses manifestations et moyens de pression sans relâches depuis 1993, en l’an 2000 plusieurs occupations de bureaux de ministres organisées par l’Aile des vétérans conduites par Morel et Galarneau avaient eu lieu, avec la participation de nombreux membres de la structure syndicale, en riposte aux lois qui voulaient appauvrir les employés du secteur municipal. Ça avait amené l’arrestation de 10 retraités et 11 membres actifs dont celles des militantes Louise Paquin et Chantal Racette, ce qui avait engendré un bras de fer avec la ministre du travail Diane Lemieux qui m’avait ciblé personnellement en représailles, plutôt qu’en tant que président de notre syndicat. C’est ce qui amena Lucrecia et Carole Robertson du SCFP avec l’appui de Louise Paquin alors directrice syndicale du 301 et Monique Côté alors Vice-présidente du Syndicat des cols blancs de Montréal à organiser le 18 septembre 2000 une manifestation de plusieurs centaines de militantes qui bloquèrent complètement la circulation pendant de nombreuses heures sur la rue Sherbrooke devant le bureau de la Ministre.

Dès sa retraite en 2006 Lucrecia vint en renfort à Édouard Galarneau comme co-coordonnatrice du nouveau Fonds d’Aide aux Aînés créé l’année précédente. Par contre pendant la tutelle, elle et ses partenaires bénévoles furent traités par le 1er Tuteur comme des parias et des indésirables et eurent à subir le mépris et le manque de respect, que ce soit la perte de leur carte magnétique pour avoir accès du stationnement arrière ou pour pouvoir simplement aller à la salle à manger, la perte de leur bureau près de la réception, la coupure pendant 6 mois de toutes formes de perdiems ou remboursement d’essence pour elle comme pour l’ensemble de ses bénévoles assurant le service, l’imposition de nouvelles règles restreignant l’aide offerte à même le fonds acquis par les retraités en octobre 2004 suite à une lutte de plusieurs années, puis la réduction rétroactive et unilatérale des petites allocations accordées, la perte d’un de leur classeur et j’en passe... Elle persévéra malgré tout ce harcèlement, au côté de Raymond Bilodeau et de Micheline Lavoie jusqu’à l’expulsion arbitraire de ses deux équipiers par le 1er Tuteur, ceci malgré leur collaboration exemplaire, voyant qu’il ne pourrait pas obtenir leurs démissions. Puis elle s’accrocha seule par devoir pour tenter de sauver ce joyau de sa destruction planifiée, grâce à quelques bénévoles qui continuaient de persévérer malgré tout.
Elle assura ainsi jusqu’à tout récemment malgré sa maladie et la douleur, un service d’entraide et de soutien aux cols bleus retraités malades ou en difficulté, afin espérait-elle d’assurer la survie de ce fonds humanitaire qui nous appartient, jusqu’à ce qu’il y ait de nouveaux élus au 301 qui rétablisse le tout pour en assurer la pérennité.

Tout ce dont je viens de faire état, n’est qu’un bref aperçu de l’ensemble de sa contribution à la Cause des travailleurs et travailleuses qu’elle avait tellement à cœur.
Lucrecia n’est pas juste une Pionnière, c’est une grande militante loyale et dévouée qui sans bruit s’est tenue Debout jusqu’au Bout et qui a faite partie de tout nos grands combats sans relâche et sans jamais compter son temps. C’était une femme dont la gentillesse,  l’empathie, la clairvoyance, la ténacité, le dévouement, la patience et la persévérance exceptionnelle doit servir d’exemple à la relève. Elle était courageuse et ne reculait devant rien.

Merci pour tout Lucrecia, tu nous manques déjà, on te gardera dans nos cœurs et dans nos esprits pour toujours. Tu feras partie de nos anges, veille sur nous nous tous ma grande Amie.


Un diaporama survolant les grands moments de la vie de Lucrétia est disponible sur YouTube grace à l'aimable collaboration de Alexandre Sotomayor.
https://youtu.be/uvTV_Hw1hjw

Mlavoie

Repose en Paix chère Micheline.

Micheline était une femme de cœur, bienveillante pour tous, elle a été déléguée à Miron et membre du comité de condition féminine. Depuis sa retraite elle était membre du C. A. de notre Regroupement. Elle a été loyale et fidèle jusqu’au bout, a combattue à nos côtés, elle était toujours là malgré sa santé sans se plaindre et était l’une des signataires du compte du F.E.J Fonds d’Entraide Juridique dont son domicile servait de boîte postale pour recevoir les dons. Elle était aussi déléguée sociale depuis longtemps et elle a été aussi depuis plusieurs années téléphoniste bénévole 2 à 3 jours par semaine pour le Fonds d’Aide aux Aînés, jusqu’à ce que le Tuteur s’attaque à nos bénévoles, puis qu’il coupe 3 des 4 responsables, et coupe le service à 2 jours / semaine. Aucun respect pour du Monde dévoué au service des autres.
Merci pour tout ce que tu as faite humblement dans l’ombre pour la Cause.

Voici les coordonnées du salon funéraire pour ceux qui veulent l’accompagner une dernière fois.

La famille recevra les condoléances le samedi 4 mai 2019 de 11 h à 14 h à la Résidence Funéraire André Légaré Inc. 1008 St-Isidore, St-Lin-Laurentides, J5M 2V5

 

Site internet du salon funéraire :
http://www.residencelegare.com/site/detail_defunt/l1819122

Pour écrire des messages de sympathies à la famille de Micheline.
GDweb
Notre très cher Confrère Gilles Dorais, le Père spirituel de plusieurs générations de Syndicalistes du 301 et l’un des bâtisseurs de notre Syndicat des Cols Bleus regroupés de Montréal est décédé ce mercredi 3 avril à 23h15
Lui qui à 87 ans, nous donnait l’exemple et militait toujours sous nos drapeaux tout en étant conseiller spécial au C.A. de notre Regroupement des retraités cols bleus, lui qui a pris la parole lors des Assemblées de la Tutelle pour défendre notre Liberté et notre Dignité, lui qui participait activement à toutes nos activités de loisirs, il nous manquera, mais on chérira sa mémoire dans nos cœurs.
VOYAGE EN PAIX GILLES ET MERCI POUR TOUT !
La famille accueillera parents et amis au :
Salon funéraire Alfred Dallaire 2159 ST-MARTIN EST, LAVAL
Le vendredi 19 avril 2019 de 13h à 16h
Une cérémonie commémorative aura lieu à 15h30
Son fils demande de ne pas envoyer de fleurs, préfère qu’un don soit fait sur place dans une boîte pour la Fondation maison de soins palliatifs de Laval,  située au 655 avenue Bellevue à Laval.
frerot manonVersWeb
Hommage au confrère Pierre Frèreault

 

Lundi le 6 août 2018 vers 8h du matin, Pierre notre Ami a décidé de quitter ce monde définitivement après une longue maladie, suite au décès de sa femme handicapée par l’âge, qu’il a soutenu avec beaucoup de courage pendant ses dernières années.

Pierre a occupé de nombreux postes élus pour notre syndicat, tout au long de sa vie active de cols bleus. Il a milité dès l’époque du président Lampron, et a été de ceux qui ont soutenus Jean Lapierre dès 1982 puis tout au long de ses mandats et de nos batailles, tout en demeurant à la base auprès de ses membres. Pierre était un militant et un homme fort qui ne reculait pas devant l’adversité.

À la retraite il a continué de s’impliquer bénévolement sous l’Aile des anciens combattants avec Réjean Morel, puis est devenu lui-même pendant plusieurs années président de ce groupe de militants rebaptisé l’Aile des Vétérans que l’on voyait partout où le 301 avait besoin de nous. Il a été l’un de nos généreux donateurs en soutien au Fonds d’Aide aux Aînés et s’est impliqué pendant plusieurs années comme l’un de nos organisateurs de la journée de collecte de dons en faveur de l’Accueil Bonneau.

Pierre malgré son âge avancé et son état de santé était présent lors de la manifestation des retraités tenue en novembre 2017 devant les bureaux du 301 où il a pris la parole pour protester contre la façon déshonorante et irrespectueuse que la tutelle traite nos retraités et leurs représentants depuis leur arrivée au 301. Pierre s’est aussi fait un devoir, malgré la distance, d’être présent lors de la dernière assemblée de juin au Centre Pierre-Charbonneau, où il s’y était fait conduire.

Merci Pierre de t’être tenu debout avec Dignité et conviction  jusqu’à la fin, tu es un exemple qui continuera de nous inspirer dans cette lutte à poursuivre pour le respect et l’autonomie de notre Regroupement et de notre Syndicat en Solidarité aux Cols Bleus actifs.

Repose en Paix Pierre tu l’as bien mérité !
Jean Lapierre coordonnateur / Denis Dumont président du RRCBM
Raymond Bilodeau prés. de l’Aile
P.S.: on vous communiquera les coordonnées du salon funéraire s’il y a lieu

PierreFrerotMedaillon V2 web
Repose en Paix Pierre tu l’as bien mérité !
 
logoRRCBMTLpt
RobertPaquette
Robert Paquette 
1946-2016

C’est avec grande tristesse que nous avons appris le décès de Robert Paquette, le 16 mars 2016. Nous tenons à offrir nos sincères condoléances à toute sa famille et aux amis.

Ex-délégué syndical dès le début des années 80, d'abord à l’atelier de peinture à Rosemont, puis à l’atelier de peinture à Dickson, celui-ci avait à cœur la défense de ses membres et avait comme cheval de bataille la prévention en santé-sécurité au travail, ce qui dérangeait énormément l’Administration en place.

Ils trouvèrent donc le moyen de le mettre en disponibilité, le plus loin possible, c’est-à-dire à la Pépinière de Terrebonne. Là encore, il trouva le moyen de devenir délégué syndical, tout en continuant d’exiger l’application de la santé-sécurité au travail, au grand désespoir de ses nouveaux boss. C’est son cas, suivi de plusieurs autres, qui inspira la clause de protection des délégués dans notre convention collective, afin d’empêcher la Ville de continuer de maltraiter ceux qui se dévouent pour leurs confrères et consœurs de travail.

Puis, en 1985, il se fit élire au côté d’Édouard Galarneau et de Jean Lapierre, alors nouveau président de notre syndicat. Il fut au cœur de toutes les batailles et de tous les gains obtenus à l’époque, tels que le plancher d’emplois et bien plus encore.

À la retraite, il continua de militer au côté de Réjean Morel et d’Édouard Galarneau dans l’Aile des vétérans, puis en vieillissant il demeura impliqué jusqu’à la fin au Fonds d’Aide aux Ainés, comme répartiteur bénévole au côté de la coordonnatrice Lucrécia Sotomayor, afin de venir en aide à nos retraités dans le besoin.

Merci Robert ! tu auras été un exemple de militantisme pour tous. Espérant que ton dévouement pour la cause inspirera le plus de jeunes possibles de la relève.

MAUSOLÉE
À la mémoire de nos compagnons et compagnes

 RobertDinelle

Robert Dinelle

 

Jeudi 31 juillet 2014
Nous apprenons le décès de Robert Dinelle, époux de Marielle Lafrenière, à l'âge de 76 ans. Né Jeudi 23 décembre 1937. Ancien délégué à la division de l'éclairage de rue à Des carrières dans les années 70/80, il était membre actif de l'Équipe Unité, puis à sa retraite il était des troupes de l'Aile des Anciens combattants du temps de Réjean Morel.


 

EdouardGalarneau

Édouard Galarneau

 

Mardi le 5 août 2014, notre Frère d’Armes, cofondateur de l’Équipe Unité, est décédé à quelques jours  de ses 66 ans.
On se rappellera de lui comme d’un Vrai militant, de cœur et d’esprit. Fidèle et loyal Ami de Jean Lapierre, il l’était tout autant envers l’Équipe et notre Syndicat.
Entré à la Ville à l’été 1966 comme apprenti-plombier aux îles en préparation de l’Expo’67, il accueilla Lapierre comme coéquipier en septembre `73 au métiers en combustion et contrôle en chauffage aux Édifices.
Dès le printemps 1977 après avoir milités ensemble quelques années, ils s’impliquèrent Lapierre comme délégué et lui comme délégué en santé-sécurité. Ce fut le début d’une longue aventure commune de complicité.
Édouard fut entre autre syndic pour le 301, membre du comité sports et loisirs, membre du Comité de négociation et directeur syndical au 301, en plus de son implication majeure notamment lors des grèves de 1980 et 1986 et lors de celles précédentes, ainsi que lors de chaque manif, occupations et moyens de pression.
Puis lors de sa retraite, il devint le premier coordonnateur de l’Aile des vétérans, après avoir été coordonnateur de l’Équipe pendant de nombreuses années. Il n’a jamais calculé son temps, et il a pris de nombreux risques personnels pour la cause. C’est un exemple pour tous, il n’avait pas froid aux yeux et répondait présent chaque fois que ça brassait, malgré les menaces et l’intimidation. Il ne reculait devant rien, au point de s’être menotté après le fauteuil du Président dans la salle du Conseil municipal au grand désespoir du Maire Tremblay et du service de police, alors qu’il était en fauteuil en roulant, les deux jambes coupées.
Dernièrement, alors que son diabète l’avait rendu semi-aveugle, il avouait  n’attendre que le bon momentum pour récidiver.

Les Cols bleus lui doivent beaucoup, et sa mémoire devra être notre source d’inspiration pour nos luttes présentes et futures.

Merci mon éternel complice !
Jean Lapierre coordonnateur de l’Aile des Vétérans

 
 JacquesDuchesne  

Jacques Duchesne

Le confrère Jacques Duchesne était soudeur au garage Madison et Directeur syndical aux Ateliers dans les années 80.

 

À Montréal, le 21 novembre 2015 à l'âge de 76 ans, est décédé notre confrère Jacques Duchesne, époux en première noces de feu Jeannine Charbonneau, en deuxième noces de Ginette Boudreau.

Outre son épouse, il laisse dans le deuil ses enfants Diane (Michel Champagne), Richard (Jacqueline Lemieux), Carole (Donald Lanteigne) et Chantal (Michel Beauchamp), ses petits-enfants et arrière-petits-enfants. Il laisse également son frère Marcel (Jocelyne Champagne) et sa soeur Lise (Normand Doré), neveux et nièces ainsi que parents et amis.

La famille remercie chaleureusement le personnel des soins intensifs et du 9e étage de l'hôpital St-Luc pour leur soutien et pour les bons soins prodigués à notre père.

 

Nous souhaitons toutes nos sympathies à son épouse et à sa famille.

   
   
   

Toutes nos condoléances aux familles éprouvées.
Les avis de décès serons publiés à la demande des membres qui nous feront parvenir l'information au regroupement des retraités cols bleus de Montréal. (voir le lien Contactez-nous dans le menu horizontal du site web)
jpodeces
DÉCÈS DE JEAN-PAUL OUELLETTE

C'est avec regret que nous avons appris samedi le 13 septembre, le décès de notre ami et collègue Jean-Paul Ouellet. Malgré un combat acharné contre le cancer, il est toujours resté impliqué à plusieurs niveaux depuis 2006, il était secrétaire trésorier du Regroupement des retraités, il a assuré l'intérim comme Président de l'Aile des Anciens Combattants, il a aussi participé à la coordination de la journée Pro-Bonneau (Métro-Boulot-Bonneau) et dans l'ensemble il participait avec ferveur aux revendications tenu par notre Syndicat. Jean-Paul était retraité de l'OMHM. C'était un gars de conviction ancré dans l'action, il a été fidèle et intense, il a toujours cru aux réalisations des Cols bleus. Il a écrit lors de la dernière édition du journal 301: "Gardez le sourire, vous profiterez d'un entourage plein d'énergie et honnête".
"Tu nous manqueras, Jean-Paul."